Article:

Sous-traitance: la numérisation de rapports financiers booste BDO Maurice

08 November 2016

Lindsay Prosper, L'Express |

La capacité du «Business Services and Outsourcing» de BDO dans la conversion de rapports financiers conventionnels a accusé une croissance de 160 % en cinq ans.

Lancé en 2011, le service de sous-traitance en conversion des états financiers en format Extensive Business Reporting Language (XBRL) de BDO Maurice a connu un bond considérable. Il est passé de 2 500 dossiers par an en 2011 à 6 500 dossiers par an en 2016. Soit une hausse de 160 %. Du coup, BDO se positionne comme un des prestataires clés dans le domaine de la conversion des états financiers vu que Maurice a décidé de passer définitivement en mode XBRL d’ici décembre.

L’XBRL est un ensemble de codes qui permet la retransmission de données comptables conventionnelles en mode numérisé selon des paramètres définis. Plus besoinde déposer des rapports sur support papier, car toutes les données d’un rapport financier peuvent désormais être retransmises en ligne.

Tous les bilans financiers pour la période comptable se terminant au 30 juin 2016 devront donc être présentés dans les paramètres du format XBRL. Les sociétés ont jusqu’à décembre pour amener leur assemblée générale respective à approuver leur bilan financier. Elles auront ensuite 28 jours après la tenue de ces assemblées générales annuelles pour présenter leur rapport financier dans le nouveau format.

Le Registrar of Companies, sis au Cathedral Square, à Port-Louis, s’est lancé dans un vaste programme de formation et de sensibilisation des acteurs concernés par le changement à venir, grâce au soutien technique des consultants d’IRIS XBRL, une société basée à l’International Infomatech Park de Mumbai, en Inde.

«La conversion des états financiers en mode XBRL est une des activités en vue de notre service d’externalisation des procédures administratives», soutient Yuttam JoysureeManaging Partner/Business Services and Outsourcing de BDO. «Nous avons un personnel de 25 membres dédié à ce service. Nous offrons une option pour la conversion des états financiers aux sociétés qui le désirent. Nous allons lancer tout un programme de sensibilisation quant aux implications associées à l’introduction de la formule numérisée des états financiers. Nous allons certainement recruter du personnel si jamais on enregistre une hausse de la demande pour ce service de la part des sociétés mauriciennes.»

Qu’à cela ne tienne, après cinq ans d’existence, BDO Maurice s’est fait une solide réputation dans le domaine de la conversion des états financiers en tant que centre de services partagés du réseau BDO. Il s’agit d’une structure qui a des branches dans 150 pays, qui brasse un chiffre d’affaires de $ 7 milliards et qui emploie quelque 50 000 personnes dans le monde. «Les clients du réseau BDO viennent du Royaume-Uni, de l’Irlande, de Jersey et de Singapour», explique Yuttam Joysuree. L’Australie est dans le viseur de BDO Maurice. Un programme de sensibilisation est en cours et il est destiné aux opérateurs australiens potentiels.

La conversion des états financiers n’est pas la seule filière où BDO Maurice entreprend des travaux en soustraitance pour des clients étrangers. Il existe deux autres filières. La première concerne la gestion des procédures administratives des sociétés dans plusieurs types de service, dont celui de la comptabilité ; de la préparation de bilans financiers devant être soumis à des commissaires d’audit afin qu’ils y apposent leur signature; de la gestion de dossiers relatifs aux obligations d’impôts; du secrétariat des sociétés ou encore de la gestion de plusieurs aspects des ressources humaines. L’autre filière concerne le recours à un ensemble de vérifications qu’un homme d’affaires prudent souhaite réaliser avant la conclusion d’une transaction ou d’un contrat.

Pour le moment, le service d’externalisation emploie 200 personnes. «C’est un secteur en pleine évolution. D’ici 2020, nous comptons doubler le nombre de notre personnel», avance Yuttam Joysuree.

Outils informatiques

La participation de BDO Maurice à la dernière édition de la conférence biannuelle de BDO, à Amsterdam, a laissé entrevoir la possibilité que Maurice puisse bénéficier des retombées d’une dizaine de projets. Leur réalisation accordera une place importante à la soustraitance, via le réseau BDO.

Pour Yuttam Joysuree, les jeunes qui optent pour des études en comptabilité, combinée à des études parallèle en informatique, ont de chances réelles d’emploi dans le secteur de l’externalisation. «Nous comptons investir dans des outils informatiques capables de réaliser une partie des travaux que comptables et auditeurs réalisent manuellement. Cette forme de robotisation ne constitue nullement une menace pour l’emploi. Bien au contraire. C’est un outil qui devrait contribuer à améliorer la productivité. On l’adoptera s’il peut faire la démonstration que, grâce à son apport, une personne peut convertir une dizaine de rapports financiers au lieu des trois réalisés actuellement, par jour.»